Travail tardif de l’artiste, Henri Matisse se remémorera 33 ans plus tard, ses souvenirs de son voyage en Océanie, dans l’une des dernières œuvres de sa vie. : “Souvenir d’Océanie”

Composée à partir de papiers découpés et de gouaches, cette œuvre fut  réalisée à l’Hôtel Regina à Nice à l’été 1953, basée sur une photographie d’un navire prise depuis sa fenêtre à Tahiti en 1930.

Le rectangle vert, la bande fuchsia, la courbe noire représente le bateau, respectivement son filet, son mât et sa corde d’amarrage. Le croissant bleu dessine le rideau de la fenêtre. La forme jaune en haut à gauche est plus mystérieuse, elle pourrait représenter la chevelure blonde d’une femme où ses formes se dessine en blanc sur bleu et en bleu sur blanc. D’autres formes sont plus ambiguës et le spectateur doit décider lui-même de ce qu’elles représentent.

Cette lithographie très convoitée, réalisée sous la supervision d’Henri Matisse en 1954 d’après sa gouache sur papier découpé qui se trouve aujourd’hui au MoMA (New York).

Signée et datée dans la planche en bas à gauche “Henri Matisse 53”
Edition 43×33 cm sur papier velin pressée en 1979 par Studio d’Arte Perna, Milan.
Numéroté sur 200 exemplaires avec certificat et documents notariaux.

Henri Matisse 1952 au Régina, Nice

Henri Matisse

Henri Matisse (Henri Émile Benoît Matisse), est un artiste-peintre, dessinateur et sculpteur français né en 1869.

Sur exemple de sa lignée, Henri Matisse était destiné à devenir grainetier. Mais à cause de sa santé fragile, il ne pouvait pas manipuler de lourdes charges et la reprise de l’affaire familiale lui était donc impossible. Il entreprend alors des études de droit pour devenir clerc de notaire. Mais à 20 ans, une crise d’appendicite le contraint à rester alité pendant de longues semaines. Alors qu’il n’avait à l’époque aucun intérêt pour le monde de l’art, il demande à ses parents un boîte de peinture pour passer le temps. Sa première création intitulée “Essitam” est une reproduction d’une chromo comprise à l’intérieure de celle-ci. Comme Matisse le raconte lui même dans ses Mémoires : “À partir du moment où j’avais cette boîte de couleurs dans les mains, j’ai senti que c’était là qu’était ma vie.”

Il intègre alors les Beaux-Arts et étudie dans l’atelier de Gustave Moreau. Peu à peu, il s’intéresse à l’impressionnisme et découvre Gauguin, Cézanne, Lautrec et Van Gogh. Il donne alors un nouveau souffle à son art, utilisant des couleurs chaudes et organisant les éléments de ses toiles de manière stricte. Côtoyant Paul Signac à partir de 1904, Matisse adopte les techniques pointillistes mais s’en éloigne progressivement. Ses toiles se composent alors de larges aplats de couleurs très vives. Exposant cette nouvelle forme d’expression en compagnie de Derain et Vlaminck en 1905, il reçoit, au même titre que ses amis, le surnom de “fauve”. En 1908, Matisse commence la réalisation de la Danse, destinée au collectionneur Chtchoukine.

Véritable maître du fauvisme et grand plasticien de son temps, il s’est aussi adonné à la sculpture, la gravure, le collage et les vitraux.